le SQUARE

Hubert Crevoisier

Le froid est mordant en ce jour d’avril 1987. Je me réfugie dans la galerie de la Tour des Prisons à Berne pour attendre l’heure de mon rendez-vous. Je déambule dans l’espace d’exposition sans m’intéresser aux œuvres présentées. Une sculpture de verre attire pourtant mon regard. Il se passe « quelque chose ». Voir le vide contenu dans Large Bowl for Gathering Light de Stephen Procter me pousse dans l’abime. Je ne réalise pas encore, qu’en cet instant précis, ma vie bascule. Je sors de la galerie en état de choc. Quatre ans plus tard, je quitte Genève pour me former en tant que souffleur de verre à Orrefors, en Suède. J’apprends le suédois. Dix ans plus tard, mes premières sculptures attirent l’attention. Je participe au Young Glass 1997. En 1998, je suis lauréat du Swiss Design Awards tandis que mes cocons de verre réalisés durant ma résidence d’artiste au Musverre m’ouvrent les portes du monde de l’art.

L’art est bon pour la santé. C’est à partir de cette intuition que, depuis plus de trente ans, je parcours le monde et les gens en apprenant le langage de la matière dans les endroits les plus réputés, de l’école du verre d’Orrefors en Suède aux Cristalleries de Saint-Louis, en passant par New York, Montréal et Paris. Je suis aujourd’hui un soignant qui prends soin d’une personne, d’un groupe, d’une communauté. Je suis un artiste qui sculpte la dynamique des couleurs. J’écris le livre jaune en faisant parler le langage de la matière. Le choix du verre c’est résolument le choix de la lumière, écrit Hélène Demont. Je continue de croire en la bienveillance de la matière pour ouvrir de nouveaux espaces de transparence rouges.

Hubert Crevoisier, avril 2019

photo: Nicolas Schopfer

photo: Nicolas Schopfer

Travaux présents dans des collections suisses et étrangères  (Musée Ariana, Genève ; Fondation culturelle de la Banque Cantonale Neuchâteloise (BCN) ; collection P. Nordmann, Genève ;  Musverre, France; musée Würth, Allemagne ; Musée du Verre d’Ebeltoft, Danemark ).

Expositions personnelles à Paris (Cité internationale des Arts, 2004), à Berne (Kornhaus, 2009, Glasfäh, 2012), à Lausanne (Flon Square Galerie, 2013) ; Tibet Museum, Gruyères (2013). Nombreuses expositions de groupe dont «Post mortem», mudac, 2009; La Chaux-de-Fonds (Musée des Beaux-Arts, Biennale d’art contemporain, 2010, Kunst am Bau (Banque Cantonale Neuchâteloise, 2013))